Medidetente - Etre soi meme
Accueil du site > A - Partage de ce que Je veux exprimer par Ma Anarayah Yaweh > Partage du 10/11/2015 - Mon échange avec Ayad

Partage du 10/11/2015 - Mon échange avec Ayad

mercredi 11 novembre 2015, par martine

Toutes les versions de cet article :

  • [français]

Partage du 10/11/2015

Mon échange avec Ayad, mon Ami du petit peuple des Adonims

10/11/2015  :

Je suis à la terrasse du café près de chez Moi, le Soleil se couche, le ciel est magnifique. Le Soleil couchant embrase une grande partie du ciel avec des tons orange, rose, rouge, amenant un contraste du ciel bleu turquoise jusqu’au ciel bleu azur et bleu nuit. Une féérie de couleurs et à l’horizon une nappe rouge écarlate, c’est spectaculaire !

A un moment donné Ayad se présente et une conversation s’établit dans ce que Je ne M’attendais pas :

Ayad  : - « Je voulais Te dire que J’ai vu le Mage , Il dit que Tu es menée par la carotte, parce qu’un Être de ta Puissance ne s’attire pas son lieu de vie. On Te dit toujours : c’est dans quelques jours, c’est le WE prochain, c’est avant ta prochaine session, c’est avant la fin du mois, etc… Et Toi Tu ne T’attires rien. Et si ce lieu était une fausse création, et si cela n’existait pas. »

Je suis surprise : - « Non, ce n’est pas totalement une carotte, mais un peu. C’est une carotte pour Me permettre de persévérer, de croire en Moi, en ma Puissance tout en dépassant tout dans l’Humain, de réapprendre à être en Conscience consciente, et de laisser l’Energie Me servir en restant dans cet espace où tout est là, et où tout se manifeste, sans penser, sans ne plus rien n’émettre que de ressentir ce que Je veux vivre. Et ce n’est pas une carotte, parce que ce que J’ai créé est une réalité qui Me correspond, que Je vis en Moi, et qui se manifestera le moment venu, c’est une certitude pour Moi. Dis à ton Mage, que J’honore, que c’est mon cheminement et qu’Il ne ressent pas les choses dans ce que Moi Je ressens. Tu Te rappelles que certains Êtres, Je ne Me souviens plus de quel Peuple Ils sont, Nous ont dit qu’Ils aimeraient fêter Noël avec Nous et que cela se ferait chez Moi, cela veut donc dire qu’Ils ont ressenti quelque chose… »

Et là, il y a une émotion qui monte, quelque chose de difficile émerge de ma profondeur… Je l’accueille, Je l’accepte, Je l’intègre… C’est un sacré résiduel de la peur que les choses ne se manifestent pas pour Moi, parce que J’avais l’impression que de toute façon cela ne pouvait pas se manifester. Pourtant, J’étais persuadée que cela avait été totalement intégré, libéré et dépassé…et non, pas totalement, sinon Je n’aurais pas eu cette émergence….

Puis une autre émergence fait surface : Ayad M’a tendu la perche pour M’aider à libérer ce sacré résiduel, et Je ressens combien en Lui il y a une Puissance, un savoir et une grande compréhension de ce qui se passe, de ce qui se joue. Je ressens combien il a à cœur de M’aider et combien Je Le prenais un peu de haut par rapport à ce que Je croyais qu’Il était dans une conscience simpliste, comme Ceux de son Peuple, même si Je ressentais beaucoup d’Amour pour Eux. Et là, Il M’a fait toucher une partie de mon égo spirituel que Je n’avais pas totalement libéré, malgré ce que Je croyais, et Je ressens aussi combien J’avais encore un résiduel de l’intolérance. Alors, Je ressens un immense Amour, qui ne s’explique pas, c’est au-delà de l’Amour tel que le conçoivent les Humains, et un grand respect. Je Me vois le prendre dans mes bras dans une accolade où nos Cœurs émanent simplement le pur Amour inconditionnel et Je Lui dit :

 « Merci Ayad , Tu es un Maître et Je Te reconnais. Merci de ton aide, et Je sais que le Mage n’a pas dit ce que Tu M’as dit qu’Il avait dit, mais que Tu avais à cœur de participer à M’aider à aller au-delà de ce qui M’empêchait encore et encore d’être pleinement Moi dans ma réalisation. Je Te demande pardon, et Je Te considère vraiment comme un Être important et tous Ceux du « Monde du Petit Peuple ». Merci, merci mon Ami, un Ami avec toute la valeur de ce que signifie « Ami ».

Ayad  : - « Là, maintenant, Je suis ton Ami, et si Tu n’es pas chez Toi avant la fin de votre mois, alors Je ne comprendrai plus rien. Je le dis avec sincérité et taquinerie. Il faut que Tu écrives ce qui vient de se passer pour que tout le monde comprenne mieux ce que Nous sommes. »

Je Lui dis : - « Merci mon Ami, il faut que Tu Me laisses pour que maintenant Je puisse l’écrire, car çà prend du temps. Tu sais J’aurais tant voulu que Tu sois assis en face de Moi à partager une collation. Mais au fait, Ayad , est-ce que comme les Leprechauns Vous Vous nourrissez que de l’Essence des aliments ? »

Ayad  : - « Oui, et lorsque Nous avons fini, tout disparait ! Nous ne mangeons pas comme Vous… » Et ressentant ma pensée, Il Me dit : - « Nous n’allons pas aux toilettes comme Vous, Nous ne digérons pas comme Vous. »

Je Lui demande s’Il aime le miel ?

Ayad  : - « J’adore ! »

Je ressens une délectation de sa part et comme un trépignement… « Humm… ! »... Je T’en donnerai.

Ayad  : - « Nous Nous servons chez les Humains. Oui, tout disparaît quand Nous Nous sommes régalés, même le pot ! » Et Il s’éclipse…


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Contactez-moi