Medidetente - Etre soi meme
Accueil du site > Z - Adamus-Saint-Germain canalisé par Geoffrey Hoppe + Guidances en (...) > Adamus - Le drame

Adamus - Le drame

samedi 1er novembre 2014, par martine

Toutes les versions de cet article :

  • [français]

Un channeling inédit d’Adamus transmis le 16 novembre 2009 par Geoffrey Hoppe lors d’une émission de radio

Je Suis ce que Je Suis, Adamus du Domaine Souverain. Et, en fait, vous tous, je vous invite à m’appeler Adamus, Adamus (en accentuant le premier ’A’), comme il vous convient.

Nous allons prendre un instant ici, alors que nous entrons dans notre session, alors que j’entre pleinement dans Cauldre — que vous appelez Geoffrey — dans son corps, me connectant à présent avec Linda, qui est également en ligne — Linda d’Eesa, qui joint mes énergies aux siennes. Et de ce lieu, à Golden au Colorado, je vais étendre cette énergie pour me connecter à chacun et chacune d’entre vous qui êtes en train d’écouter — que vous écoutiez en cet instant, ou que vous écoutiez ceci plus tard, dans le futur — c’est pareil.

Je vais vous demander à tous qui participaient à cette réunion de prendre une respiration profonde… de respirer dans… de ressentir votre corps. Quand vous respirez dedans, vous pouvez réellement sentir votre esprit. Vous respirez dedans et vous ressentez cette chose que vous appelez votre esprit. Vous respirez dedans et vous ressentez combien vous êtes réellement en vie. Connectons nos énergies ensemble dans l’honneur et le respect total des uns et des autres.

Chaque personne, qui se connecte dans ce processus, est tellement honorée par l’Esprit, par les êtres angéliques, par moi, Adamus, par Linda et par Geoffrey, et par ceux qui ont permis cette transmission spéciale : Mark, John et Charmaine.

Ainsi, connectons nos énergies, de sorte que nous trouvions le lieu où nous faisons cette émission ce soir, confortable, approprié et honorable. C’est un honneur et un plaisir pour moi d’être ici avec chacun et chacune d’entre vous. Il y a tellement de choses qui se passent sur la Terre en ce moment, c’est extraordinaire. De notre point de vue, c’est extraordinaire, et en effet, nous mesurons cela. Nous le surveillons. Nous observons ce qui se passe sur la Terre en ce moment.

La Conscience

Parfois, c’est incroyable pour moi de voir combien vous êtes tous déterminés, combien vous êtes capable de gérer les changements rapides qui ont eu lieu dans votre propre vie, dans le monde qui vous entoure. C’est étonnant de penser que la technologie évolue à un rythme véritablement sans commune mesure. Si vous comparez la technologie passée avec la technologie actuelle, c’est sans commune mesure. Et pourquoi cela ? Parce que la conscience s’est expansée à un nouveau point.

La conscience n’a pas seulement suivi une belle courbe d’évolution. Elle a fait un saut quantique il y a quelques années, et vous êtes au beau milieu de cela. Vous êtes avec nous ce soir — vous êtes les enseignants de cela, les leaders de cela. Je sais qu’il a des jours où vous vous questionnez, où vous doutez de vous-même, parce qu’il y a encore des aspects de vous qui ne comprennent peut-être pas le processus entier qui se déroule, des aspects qui sont encore blessés par les choses que vous avez vécues dans votre passé, des aspects qui sont encore à la traîne, dans leurs drames, dans leurs problèmes. Parfois, ces parties de vous sont, d’une certaine manière, comme un miroir, mais un miroir déformé, un miroir trouble, et un miroir qui ne possède pas l’amour et l’honneur véritable qu’un miroir devrait absolument avoir.

Vous entendez ces voix venant de vous-même qui disent : « Qui suis-je ? Comment puis-je être un enseignant alors que je ne parviens même pas à me retrouver dans ma propre vie ? Pourquoi est-ce que ces entités ne me parlent pas ? Pourquoi est-ce que quelque chose de grandiose, de magique et de mystérieux ne se produit pas dans ma vie ? ». Je dois vous arrêter ici. Quand ce genre de bavardage mental arrive, je dois vous arrêter et vous rappeler que vous ne vous apercevez pas de tout. Il y a quelque chose de magique et de mystique qui se déroule dans votre vie. Il y a quelque chose de transformationnel. Ceci… comme Tobias aurait dit, ceci est la vie, pas juste une autre vie. C’est ce pourquoi vous avez vécu des centaines de milliers de vies, car les centaines de milliers de vies arrivent à un point culminant en ce moment. C’est le moment. Ne le manquez pas. Ne le manquez pas en supposant que cela va se passer en 2012 ou après 2012. Ne le manquez pas en pensant que tout cela prendra sens une fois que vous serez de l’autre côté, une fois que vous aurez quitté votre corps physique, et serez revenu dans nos royaumes. Ne le manquez pas en pensant qu’un évènement astrologique, ou autre, doit se produire. Cela se passe en ce moment.

Oh, et vous dites : « Mais Adamus, je vais devoir vous appeler, vous parler et vous poser quelques questions, parce qu’alors où est-ce ? ». C’est ici même. Ici même. C’est si proche, c’est si évident pour nous des royaumes angéliques, mais vous continuez à être branché sur le seul mode humain. Le seul mode humain. Alors, oui, vous ne ressentez pas, ne voyez pas, ni n’expérimentez la véritable nature mystique de ce qui se passe dans votre vie — la transformation qui survient à des niveaux si profondément incroyables.

Alors que faites-vous ? Alors que faites-vous pour aller au-delà de cette tranche de conscience humaine ? Vous prenez une profonde respiration, et vous vous donnez la permission ferme de vous ouvrir. Vous n’avez rien de plus à lire. Vous n’avez pas à suivre des cours. Vous n’avez pas à écouter des conférences, bien qu’elles soient merveilleuses et divertissantes. Vous n’allez pas trouver cela ici, et vous le savez, parce que vous et moi en avons déjà parlé auparavant.

Vous avez tendance à trouver des distractions, des excuses, des retards et à remettre à plus tard, et c’est là, maintenant. C’est ici même. Cela arrive. Je peux le voir en vous, et vous le savez en vérité. Vous savez que quelque chose de magique se passe dans votre vie, mais ensuite vous retombez dans vos vieux schémas, et c’est ce dont j’aimerais vous parler ce soir — de ce qui se passe. Qu’est-ce qui se passe pour bloquer votre vision et votre conscience de ce qui arrive réellement ?

Alors, prenons une respiration profonde…

(Pause)

…et parlons de ce qui se passe.

J’espère que je n’offense pas trop d’entre vous, mais je sais que je le ferai. Et, je sais que certains sont en train de lutter avec ce dont nous discutons. Certains d’entre vous deviennent très frustrés à cause de moi, et je m’apprête à vous dire, même quand notre réunion de ce soir sera finie, que vous aurez éteint la lumière et que vous serez couché, je serai là. Je serai là à chaque pas sur le chemin. Quand vous voudrez exprimer votre colère et votre frustration contre moi, ou si vous voulez tout simplement que nous ayons une discussion sympa, je serai là. Cela ne s’arrêtera pas à la transmission de ce soir. Cela continuera.

Qu’est-ce qui se passe

Au cœur de ce que je vois arriver avec beaucoup d’entre vous — non, je vais modifier les mots qui sont sortis de la bouche de Cauldre, il a dit : « beaucoup d’entre-vous », je vais modifier cela pour dire : « vous tous », chacun de vous — êtes, vous êtes attiré par le charme du drame. Le drame.

Vous placez le drame dans votre vie quand il n’a pas lieu d’y être. Avez-vous remarqué comment, juste quand les eaux se calment, quand vous ressentez poindre la joie de vivre, quelque chose arrive de votre côté aveugle pour la perturber — une tempête émotionnelle, des problèmes, des drames ? Des émotions fortes arrivent pour attiser le calme que vous venez seulement d’expérimenter. A présent, arrêtons-nous une minute ici. Vous savez que cela se passe, je sais que cela se passe. Qu’est-ce qui est la cause de ceci ? Est-ce pour cela que vous êtes si vulnérable ? Est-ce parce que le monde est un endroit où il est tellement difficile de vivre ? Est-ce parce que tout le monde essaie de profiter de vous ? Est-ce parce que les autres sont remplis par tous leurs besoins, leurs convoitises, et qu’ils vont tout simplement marcher sur vos platebandes ? Non. Non. Vous êtes vraiment à l’origine du drame. Vous attirez vraiment le drame dans votre vie, et il se joue alors extérieurement par une multitude de choses.

Le drame se joue à travers vos relations. Il se joue par le biais de votre abondance, par votre environnement professionnel. Il se joue dans votre corps. Oui, le drame se joue dans votre corps, parce que c’est un schéma humain très, très ancien, et que vous reproduisez ce schéma. Vous le reproduisez comme une routine, et il est difficile pour vous de voir l’arbre au milieu de la forêt quand vous en arrivez à ce point. Alors, ce schéma se poursuit. Cela a été programmé en vous. Cela a été renforcé. Ainsi, vous amenez continuellement le drame dans votre vie, et ensuite vous devenez très déprimé et vous dites : « Mais, chaque fois que je commence à faire quelques progrès, quelque chose se met en travers. ».

Vous attirez le drame quand vous êtes déprimé. La dépression aujourd’hui — et je vais beaucoup parler de la dépression durant ces quelques prochaines années. Nous allons effectivement aller dans une sorte d’assistance de ceux qui sont malades mentaux, qui sont dans des institutions ou sous médicaments, ou même ceux qui souffrent de certains déséquilibres mentaux ou de dépressions, parce que ce n’est pas du tout ce que la plupart des spécialistes pensent que c’est.

La dépression en ce moment, pour vous qui écoutez — cela ne s’applique pas à tous les humains, mais pour vous qui écoutez — est une sorte d’état vide créé par vous pour comprendre qui vous êtes. La dépression arrive dans cet espace vide où vous pouvez découvrir votre divinité, vous-même, vous souvenir de votre passé, mais la dépression survient parce qu’elle possède de nombreuses dynamiques.

L’une d’elle est la tristesse de quitter l’ancienne condition humaine. Croyez-le ou non, c’est ainsi. Vous êtes triste de quitter l’ancienne condition humaine. La dépression survient parce qu’à un certain niveau en vous, vous êtes conscient que l’esprit — le soi divin — souhaite participer à votre vie quotidienne. Pas seulement à votre vie spirituelle, pas seulement dans les autres royaumes auxquels vous vous connectez parfois au moyen de ce que vous appelez votre soi supérieur. Votre divin veut venir, dans ce moment présent. En ce moment même, alors que nous discutons, il veut faire partie de cette conversation, participer à cette transmission. Il veut venir, mais vous le tenez à distance.

Ainsi, d’une façon énergétique, vous créez un vide en ne laissant pas votre divin, votre esprit, votre Soi-divin, se joindre à votre vie quotidienne. Cela crée la dépression. C’est en réalité simplement un signe, ou une information, qu’il est temps pour votre divin, pour Tout votre Être, d’être ici.

Mais, vous vous enfermez dans cette chose qu’est la dépression, il y a quelque chose de mal en vous, pourquoi avez-vous si peu d’énergie, pourquoi n’avez-vous envie de rien. Alors, vous savez ce que vous faites ? Eh bien, oui, vous devriez le savoir, parce que je viens de vous le dire. Vous créez un drame — un drame humain — des conflits avec d’autres personnes, des problèmes au sujet de votre abondance, des problèmes au sujet de votre spiritualité. Vous avez créé des drames merveilleux à propos de votre valeur spirituelle. Vous avez créé des drames avec votre corps physique par des maladies, de la souffrance, ou des blessures, et ce drame vous permet de vous rappeler que vous êtes vivant. Il vous empêche de vous concentrer sur la question véritable qui est l’intégration du Soi ici sur la Terre dans cette vie, et ainsi il vous distrait de cela.

C’est l’énergie. Le drame est à la condition humaine ce que le sucre est à votre corps. Le drame est à votre psyché ce que le sucre est à votre biologie. C’est un coup de pied, c’est une euphorie, c’est une distraction, et c’est généralement factice. C’est généralement factice. Vous pouvez absolument vivre sans drame. Maintenant, vous pouvez dire : « Oui, mais toutes ces personnes qui m’entourent — mes enfants, mon épouse, mes collègues, les drames que l’on voit à la télévision — comment puis-je éviter le drame ? ». En faisant un choix conscient et délibéré.

Mais, avant de le faire, laissez-moi vous expliquer quelques unes des ramifications de cela. Sans le drame vous n’aurez plus cette infusion d’énergie — sucrée, d’énergie hautement factice — qui va vous distraire. Vous n’aurez plus ce rappel que vous êtes en vie. Oui, le drame — vous utilisez le drame pour vous souvenir que vous êtes vivant, pour vous protéger de l’ennui. Sans ce drame, vous allez ressentir que vous entrez dans une sorte de néant.

En fait, vous remplacez la passion véritable par le drame. Certains d’entre vous se connectent à moi pendant leur sommeil, ou parfois même en étant éveillés, et me disent : « Mais Adamus, où est ma passion ? Qu’elle est ma passion ? ». Elle est là, mais le drame la remplace en ce moment. Cela vous donne ce coup de pied. Cela vous donne une raison de vivre, et vous pouvez y mettre fin.

Chacun et chacune d’entre vous êtes des enseignants de la nouvelle conscience. Alors que je parle ici, vous comprenez parfaitement une partie de ce dont je parle. Vous y êtes connecté. Mais, tandis que nous parlons ici, une partie de vous résiste et se rebelle. Une partie de vous dit : « Oui, mais, mais, mais... ». Il n’y a pas de mais. Le drame est quelque chose que vous pouvez dépasser. C’est ancienne énergie, c’est tellement humain, et vous ne devez plus le considérer bon pour vous. Je veux que vous commenciez à être conscient des moments où le drame est dans votre vie. Oh, il sera là — demain, le jour prochain — il sera là jusqu’à ce que vous fassiez ce choix clair, engagé, d’aucun drame.

La vie sans drame

Alors, que se passe-t-il quand vous laissez tomber le drame ? Vous allez ressentir, pendant une courte période, que vous vous ennuyez énormément. Cet ennui va vous permettre de réaliser l’ampleur du drame dans votre vie. Je vais aller jusqu’à dire, qu’environ 93 pour cent de vos expériences journalières tournent autour de certaines sortes de drames — avec les autres, avec vous-même, avec vos aspects, avec votre corps — il y a toujours quelque chose. Il y a toujours quelque chose que vous devez surmonter, sur quoi travailler, avec quoi lutter, que vous devez dépasser. Et c’est le drame. Pouvez-vous imaginer l’énorme somme d’énergie personnelle qui est gaspillée par le drame ?

Alors, quand vous vous libérez du drame, pendant une courte période — mais une période très percutante — vous allez trouver que la vie est très ennuyeuse. Quand vous vous déconnectez de la façon dramatique, émotionnelle, d’être avec les autres, ceux qui alimentent constamment vos besoins en drames, vous allez vous ennuyer énormément — « Et ensuite ? Que suis-je supposé faire ? ». Il va y avoir une attirance, une tendance à retourner dans le drame, parce que, eh bien, c’est une sorte de plaisir — jusqu’à un certain point.

C’est une sorte de stimulant — jusqu’à un certain point. C’est une sorte de rappel que vous êtes en vie — jusqu’à un certain point. Et vous en êtes à ce point en ce moment.

Donc, vous passez par une courte période d’ennui. Comme si il n’y a rien. Comme si vous êtes dans un immense désert vide. Et puis vous vous demandez : « Eh bien, pourquoi devrais-je vivre encore ? Le drame est parti, certaines des personnes avec lesquelles je suis habitué à me confronter sont parties à présent, je ne ressens pas ce truc qu’on appelle l’Esprit, je ne suis pas dans cet état élevé de quelque expérience de conscience cosmique, il n’y a pas d’entités qui me parlent — pourquoi devrais-je rester ? ».

Permettez-moi de vous dire, chers, chers, chers amis et enseignants, c’est ici que vous prenez une profonde respiration. C’est ici que vous vous faites confiance au niveau le plus profond, le plus absolu et le plus relié. Vous ne forcez rien, vous autorisez simplement.

Bientôt, vous allez commencer à transcender, à étendre votre énergie dans les nouveaux royaumes tout en étant encore dans votre corps physique ici sur la Terre. Vous allez commencer à vous étendre dans votre vous véritable — le vrai vous. Le vous qui n’a pas besoin du drame, le vous qui comprend une fois pour toute — pas à partir du mental, mais à partir du ressenti — que la paix est en toi-même, que l’accomplissement est en toi-même (NdT). Vous allez commencer à comprendre la beauté d’être avec vous.

Vous allez commencer à comprendre la complétude que vous êtes, et que vous avez toujours été, et le fait est que… vous allez rire, vous allez rire et rire et rire, et ensuite probablement verser quelques larmes, mais vous allez dire : « Cher Dieu, ils ont essayé de nous dire qu’il était toujours là — que l’Esprit, mon Esprit, était là » — et brusquement vous allez réaliser qu’il est là.

Vous allez réaliser combien le drame était artificiel, léger, faussé, et vous allez réaliser que vous n’en avez plus besoin. C’était comme une mauvaise manière de se nourrir. C’était une réalité déformée. Vous allez soudainement prendre conscience que le principe « Je Suis » de vous-même, le fait que vous n’avez pas besoin de prendre de l’énergie à l’extérieur de vous, que tout ce que vous avez est déjà là. Le fait que le pouvoir est une illusion gigantesque avec laquelle vous jouez depuis longtemps. Le fait que la vie est effectivement une joie — cela ne doit pas être une lutte, cela ne l’a jamais été. Le fait que le mental est une chose merveilleuse, mais vous êtes tellement plus que votre mental. Le fait que vous êtes un créateur absolu, mais que les énergies créatives étaient soit, épuisées par vos drames, ou totalement écrasées par vos drames. Vous allez réaliser que cette chose que vous attendiez depuis si longtemps — vous relier à votre divinité, à vous, à votre ange doré et à toutes ces autres choses — vous avez toujours été relié. Ces autres parties de vous vous attendaient simplement patiemment, attendaient que vous sortiez de vos drames.

Ce n’est pas un grand sujet philosophique. Vous n’avez pas à étudier avec des mystiques ou des gourous. Vous n’avez pas à supporter des années et des années de méditation, ou rien de tout cela. Vous n’en avez pas besoin. Oh, vous le pouvez si vous voulez. D’une certaine façon, cette sorte de drame est dans son plein droit. Tout ce que vous avez à faire est de faire ce choix conscient, volontaire et spécifique d’en terminer avec le drame, et puis de prendre du recul, parce que chaque partie de vous vous entend quand vous dites : « J’en ai fini avec le drame. Je veux vivre. Je veux expérimenter. Je veux créer. Je ne veux plus du drame. ». Quand vous êtes si clair avec vous-même, chaque partie de vous va l’entendre.

Cela va aller profondément dans votre âme, et votre âme va danser et se réjouir de cette nouvelle. Et puis, prenez simplement du recul, parce que le processus naturel en vous, en votre esprit, va se mettre en place.

Oui, il va y avoir quelques changements dans votre vie. Oui, cela peut sous-tendre le mouvement ou la libération des personnes qui étaient les détonateurs des drames dans votre vie. Oui, cela signifie que vous allez avoir une relation différente avec vous-même — une relation dans laquelle vous ne serez plus une victime. Vous êtes soit un créateur, soit une victime. Et, quand vous déclarez que vous en avez fini du drame, et que vous en avez terminé de cette façon de vous nourrir et d’exister, tout change. Cela change vraiment.

Maintenant faites un pas en arrière. Sortez de votre mental. Arrêtez d’essayer de comprendre comment manipuler ou manœuvrer cela. Laissez faire simplement. Pouvez-vous croire en vous-même au point de laisser cela se faire ? Pouvez-vous faire confiance à ces parties de vous que vous appelez votre divin, que vous appelez la conscience étendue, que vous appelez votre Soi-divin ? Pouvez-vous croire suffisamment à ces parties de vous pour venir dans votre vie, pour être avec vous, chaque jour, sur chaque chemin, à travers ce que vous appelez le bon et le mauvais, les difficultés et les défis. Mais, ce n’en sont vraiment pas. Vous allez commencer à voir la beauté dans toutes ces choses.

S’il y a quelque chose que je peux dire, chers amis, c’est que c’est si simple. Si simple, et c’est peut-être la raison pour laquelle je suis parfois un peu exaspéré par certains d’entre vous. C’est ce pourquoi, je me fais parfois très expressif, très direct, parce que c’est si simple. Quand vous revenez à ce point de simplicité — eh bien, la simplicité est l’antithèse du drame — quand vous revenez à ce point de facilité dans votre vie, vous allez comprendre quelle en est la véritable profondeur.

Maintenant, cela semble être une contradiction. Votre mental humain dit : « La simplicité signifie plus simple. ». Et parfois, le mental, les émotions et vos aspects, aiment la complexité parce que c’est là où le drame se joue, dans la complexité. Une fois que vous revenez à ce point de simplicité, vous allez prendre conscience que c’est là où se trouve la véritable profondeur — la profondeur de la conscience, la profondeur de l’esprit. Mais, il ne s’agit pas d’une profondeur complexe, c’est une belle profondeur. C’est une profondeur avec la facilité, avec la compréhension véritable, avec l’amour véritable.

Alors, voilà mon court message pour ce soir. J’espère que cela vous a fait sortir de votre mental. J’espère que cela vous a conduit dans ces choses qui — oh, ces énergies et ces aspects qui traînent autour de vous, qui étaient autour de vous. Vous pouvez sentir leur énergie. Parfois, vous pouvez les entendre essayer de vous parler. Ce sont des parties de vous essayant de venir à vous, mais vous étiez un peu ficelé par le drame.

Chaque fois que les eaux sont calmes, vous avez tendance à apporter la tempête. Il est maintenant temps de prendre une profonde respiration, et allons au-delà de cela. Passons au travail véritable que nous sommes tous venus faire ici. Oh, à propos, il y en a une quantité énorme, parce qu’il y a des millions et des millions d’humains en ce moment qui se réveillent, qui passent par ce que vous avez expérimenté il y a un certain nombres d’années, qui vont apprendre à vivre comme un humain divin ici sur la Terre, qui vont sortir de leur mental, sortir de leurs vieilles philosophies et psychologies, et tout simplement vouloir se relier à leur soi réel. Alors, nous avons du pain sur la planche.

Pour faire ce travail… que ce soit avec le Cercle Cramoisi, les Travailleurs de Lumière, le groupe Kryeon, ou n’importe quel autre groupe aujourd’hui concentré sur la nouvelle conscience, cela va demander d’aller au-delà du drame.

Rappels

Pour terminer, je partagerai deux choses. Tout d’abord, soyez conscient de la façon dont le drame joue dans votre vie, et comprenez que vous jouez également avec lui. Vous pouvez vous en déconnecter à tout moment, mais quand vous le faites, vous traversez une période où tout paraît ennuyeux. Cela ne l’est pas. C’est juste le moyen pour qu’une plus grande forme de réalité entre dans votre vie. Ne soyez pas tenté de retourner dans le drame simplement pour vous procurer une stimulation.

Le drame est une très vieille énergie. C’est très, très dualiste, et nous allons tous découvrir à présent quel est le nouveau type de vie ici sur Terre sans le besoin du drame. Laissons les autres jouer les leurs.

Laissons les autres apprécier leur période de drame, mais allons au-delà, de sorte que nous puissions entrer dans la conscience réelle.

Au fait, comme vous l’avez probablement déjà remarqué, quand vous entrez dans cette évolution de conscience, ce travail spirituel, vous avez remarqué que cela a presque toujours tendance à faire remonter plus de drames à la surface, plus de problèmes à la surface. Eh bien, en fait, c’est parce que cet élément du drame, qui colle à vous depuis si longtemps, résiste. Et comment résiste-t-il ? En créant plus de drames. Prenez une respiration profonde. Vous n’en avez plus besoin. Nous en reparlerons plus longuement dans certaines de nos sessions à venir.

La seconde chose c’est comme le temps file. Il semble que nous venions juste de commencer à parler. C’est la nature de la réalité. Cela va changer très rapidement, tout comme la plupart d’entre vous sont surpris d’entendre que l’émission se termine, pensent que nous venons juste de commencer. D’une certaine façon, nous venons seulement de commencer, mais oui en effet, n’est-ce pas étrange comment le temps semble être tellement plus fluide ces jours-ci.

Le temps file et il y a tellement de questions. Je vois ou ressens chacun d’entre vous qui a quelques questions, et il y en a quelques uns qui ont des questions très, très émotionnelles. Je dois dire que vous posez des questions parce que vous êtes à la limite en ce moment, ou vous ressentez que vous êtes à la limite. Je ne vous ai pas oublié, et vous n’avez pas été oublié par aucun d’entre nous. Les contraintes humaines de la durée de ce programme font qu’il est difficile de nous connecter à vous verbalement comme je le fais, mais quand ceci sera terminé, je viendrai personnellement à vous — seulement vous et moi. Je vais être là pour vous, je vais vous parler et je vais partager avec vous.

Soyez ouvert et parlons de vous. Parlons de l’être phénoménal que vous êtes et de ces petites choses qui encombrent votre chemin, vous empêchant de réaliser le Dieu que vous êtes véritablement. Ainsi, je serai là. Et avec cela, cela a été un honneur et un plaisir, et j’aimerais vous laisser sur ces mots : tout est parfait dans toute la création, et au-delà, Je Suis et vous êtes également.

Et il en est ainsi.

Traduction française Merlina www.shaumbras.over-blog.com

© 2009 Geoffrey Hoppe Golden, Colorado. Tous droits réservés. www.crimsoncircle.com

Vendredi 4 décembre 2009


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Contactez-moi